Nous prenons place de bonne heure dans le minibus qui doit nous mener à Siem Reap aujourd'hui dans la soirée, avec une escale à la frontière terrestre Laos - Cambodge.

Nous roulons pendant quelques heures, puis faisons une première halte, après avoir roulé pendant un bon quart d'heure sur une route de terre très creusée par les pluies. Certains d'entre nous sont priés de descendre pour rejoindre la frontière. Nous comprenons mal ce qui se passe, mais le minibus repart déjà en nous laissant au bord de la route.

Au final, un autre minibus nous récupère et celui-ci doit réaliser les quelques kilomètres qui nous restent pour atteindre la frontière qui est vraiment isolée de tout. Après une bonne demi-heure nous y sommes. Un autre intermédiaire de l'agence de transport nous attend, et nous aide à passer la frontière. Nous sommes sceptiques, nous avons appris depuis le début du voyage qu'il existe peu d'actes de bonté gratuits dans ce coin du monde.

Nous présentons nos passeports et papiers de sortie de territoire aux autorités laotiennes, qui nous réclament à chacun 2 dollars pour avoir le tampon de sortie obligatoire : non négociable, pas le choix (corruption nous voilà). Ensuite notre intermédiaire nous demande de remplir les papiers d'entrée au Cambodge et réclame 39 dollars chacun pour qu'il s'occupe du visa. Nous savons que le prix exact est de 30 dollars, soit 9 dollars de plus chacun. Nous lui demandons des explications sur ces frais, et il nous répond vaguement en accusant les autorités d'un droit de passage et de frais de tampon. Nous souhaitons nous débrouiller par nous-mêmes, mais il prend nos passeports et commence à hausser le ton en disant que nous retardons tout le groupe, que le bus ne nous attendra pas..., etc. Nous cédons. L'ambiance est plutôt pesante.

Nous passons ensuite à pied cette zone internationale, puis, du côté cambodgien un garde prend à chacun la température corporelle et remet un document sur les risques sanitaires. Nous sommes conduits dans un nouveau minibus, et récupérons chacun nos passeports.

Nous avions lu bon nombre d'articles de blogs sur les passages de frontière, comment éviter au mieux les frais officieux, mais la réalité a été toute autre, et au final, chacun subit ce moment sans vraiment avoir une quelconque influence. Ces pays ont effectivement un niveau de vie plus bas qu'en occident, et nous ne sommes pas contre quelques dollars pour les bonnes causes, mais dans ce cas-ci, cela retombe encore dans les mains des moins nécessiteux. Nous en gardons un goût amer.

Nous roulons une bonne heure puis le van s'arrête devant un hangar qui correspond en fait à un restaurant au milieu de nul part, nous sommes ensuite redispatchés dans des vans en fonction de nos destinations finales : Siem Reap ou Phnom Penh.

C'est ainsi que nous nous retrouvons dans un ancien véhicule en mauvais état, sans système de climatisation, coincés à quatre par rangées au lieu de trois, avec nos bagages sous nos pieds, et cela durant six heures. Une bien mauvaise blague... Nous déconseillons donc fortement la societé de transport Pakse Travel, dont les billets peuvent être achetés au Lankham Hotel. Allez plutôt faire un tour chez Miss Noy et Yves, ils vous organisent tout cela sans intermédiaire supplémentaire et dollars perdus au passage !

Siem Reap, enfin ! Il fait déjà nuit, et le minibus est immédiatement assailli de conducteurs de took-took alors que nous ne sommes pas encore sortis du véhicule. Cette agressivité constante des conducteurs de took-took est pesante et donne tout sauf envie d'utiliser leur services. Cependant nous sommes assez excentrés de la ville et préférons éviter une marche nocture, ne pas tenter le diable, la journée a été suffisamment éprouvante.

Nous passons par le centre ville et découvrons une vie nocturne très agitée, avec des bars et restaurants illuminés de néons multicolores. La musique est forte, chaque rooftop se faisant concurrence. Nous découvrons enfin notre hôtel, Hak's House, à deux kilomètres du centre ville, un petit havre de paix. Nous y sommes accueillis chaleureusement, et découvrons un cadre extra, avec une grande chambre climatisée, au frais, et une piscine dans le jardin tropical. Un régal. Une bonne nuit bien méritée.

Ce matin nous louons des vélos à l'hôtel pour la journée, on nous en propose deux, de ville et sans vitesse, avec un certain nombre de kilomètres au compteur. Pour 1 dollar, nous acceptons sans hésiter, cela fera l'affaire. Nous traversons doucement la route menant à Siem Reap, très cabossée, puis remontons le centre ville le long de la rivière, et roulons pendant 8 kilomètres vers le nord en direction d'Angkor. Sur la route, avant la porte sud, un contrôle de sécurité nous apprend que la billetterie ne se situe plus ici-même mais à 5 kilomètres à l'est. Nous nous remettons en route, le soleil tape déjà bien fort, et il n'y a aucun coin d'ombre.

Nous nous présentons transpirants au guichet pour faire la photo de nos badges individuels pour les trois jours d'accès au site. Nous repartons, et atteignons enfin la porte est de la Petite Boucle.

Le site d'Angkor, se compose de nombreux temples, situés plus ou moins loin les uns des autres. Pour les pressés, une Petite Boucle de 15 kilomètres permet d'accéder aux temples les plus connus. La Grande Boucle fait 25 kilomètres de plus et permet de découvrir des temples plus reculés, et plus à l'état sauvage, avec beaucoup moins de foule histoire de se sentir explorateur à son tour, cela étant possible en 2 à 3 jours de visite, ou plus.

Notre premier arrêt : Banteay Kdei, la citadelle des cellules est un lieu de culte bouddhique. L'entrée est surmontée d'une arche à quatre visages de 2 mètres de hauteur. Nous découvrons des ruines tout en longueur, un temple-plat. De nombreuses danseuses sacrées, les apsaras, sont gravées dans les vielles pierres.

Angkor #31 Danseuse gravée dans la pierre

En face de ce temple, nous découvrons le Sras Srang, le bassin des Ablutions. À nos yeux, cela correspond à un lac, en réalité il s'agissait d'une piscine royale, mesurant 800 mètres sur 400.

Angkor #27 Le bassin des Ablutions

Nous continuons ensuite l'exploration avec Ta Phrom. Ce site mythique se laisse découvrir au bout d'une longue allée, et il y a foule. Le temple se dresse au milieu de la forêt, il semble à l'état brut, les vieilles pierres se mélangent aux racines mythiques. Nous nous voyons un peu comme Lara Croft, à ceci près que nous devons jouer des coudes avec les nombreux autres touristes, afin de poser pour les photos devant les arbres massifs reprenant leurs droits sur les créations humaines.

Angkor #24 Les arbres sont maîtres ici

Nous prenons ensuite l'avenue de la victoire qui nous mène à la Grande Place. Nous laissons les vélos, et parcourons la Terrasse des Elephants à pied, de 350 mètres de longueur. Elle offre une splendide vue sur les 12 Tours des Danseurs de corde, en face.

Nous continuons en atteignant la Terrasse du Roi Lépreux, qui nous mène dans l'enceinte du Palais Royal dont il ne reste plus énormément de traces. Le clou du spectacle pour cette première journée sera de se trouver en haut du Baphuon. Il est possible de monter au sommet de ce temple-montagne, au prix d'une ascension vertigineuse, les marches relevant plutôt de l'escalade, et l'accès étant refusé aux enfants de moins de 12 ans !

Angkor #13 Vue d'en haut

Il commence à pleuvoir. Nous prenons le chemin retour et pédalons encore 10 bons kilomètres avant de rejoindre notre Guesthouse, et de nous poser à la piscine avec une bière Cambodia bien fraiche. Entre tout nos allers et retours pour les billets et la visite des temples nous avons pédaler une bonne cinquantaine de kilomètres sous plus de 40°C et une humidité délirante.

Ce matin, rebelote, nous remontons sur nos vélos. Un peu courbaturés de la veille, mais motivés. Nous découvrons Angkor Wat ce matin. Nous arrivons à l'extremité du pont, surplombant les douves, larges de 190 mètres et longues de 1,3 kilomètres de côté.

Angkor Wat Angkor Wat

Nous traversons un premier mur d'enceinte, puis marchons dans la grande allée. Les deux bassins de part et d'autre sont recouverts de lotus. Nous sommes finalement au sein même du temple-montagne. Nous entreprenons l'ascension, pour nous rendre au Sanctuaire. La vue sur les tours est incroyable.

Angkor #7 A l'intérieur d'Angkor Wat

Nous n'avons pas vu le temps passer, l'exploration d'Angkor Wat nous a pris plusieurs heures.

Nous reprenons notre chemin au coeur de ce site historique, au milieu de la route des singes se baladent en liberté, pour nous rendre au Bayon. Ce site correspond à un temple-montagne, composé de nombreuses tours, chacune possédant 4 visages. Il est facile de se perdre dans les ruelles, symétriques et sur trois niveaux.

Un élan de motivation nous poussera à faire plusieurs kilomètres de plus, afin de rejoindre la Grande Boucle, et de découvrir Preah Khan. Une merveille à l'état brut. Ici le site est bien plus naturel, et surtout désert.

Nous rentrons à Siem Reap après une quarantaine de kilomètres, repus.

Nous nous levons tranquillement ce matin. Nous prévoyons de faire l'aller-retour en ville en fin d'après-midi.

Nous faisons un tour à Pub Street et The Lane, puis décidons de prendre l'apéro au RooftopX, un bar surplombant la ville, avec une scène de musique, des billards et baby foot en accès libre, plus le clou du spectacle : une piste de skateboard.



Si notre récit vous a plu n'hésitez pas à le partager !

Et si l'envie vous prend, laissez nous un petit commentaire, cela nous fait toujours plaisir !

Phnom Penh >
< Pakse et le Plateau des Bolovens