Départ pour Phnom Penh ce matin. Nous prenons la route avec la compagnie Mekong express, et tout se passe pour le mieux. Nous avons 7 heures de transport, puis arrivons dans l'après-midi à notre GoodMorning Guesthouse située proche du Quai Sisowath.

À peine avons nous déposé nos sacs que nous prenons la route de l'ambassade du Vietnam située à 4 bons kilomètres, et qui ferme tôt.

La balade à pied n'est pas si sympathique que cela à travers la capitale : les trottoirs sont occupés par les commerçants, les bas-côtés sont inondés par la pluie incessante, les véhicules klaxonnent à tout bout de champ, les tuk-tuk nous harcèlent tous les mètres.

Nous arrivons une heure avant la fermeture et avons donc le temps de remplir les papiers du Visa qui nous sera utile pour le mois de septembre. En passant par la frontière terrestre, nous ne pouvons réaliser un visa on-arrival. On nous demande de revenir demain à la même heure pour récupérer nos passeports.

Nous nous arrêtons sur le chemin retour à Flowers of India pour y dévorer un Thali. Délicieux et copieux. Nous passons ensuite devant le monument de l'Indépendance avant de rejoindre notre Guesthouse.

Ce matin, nous dégustons des pains aux raisins à The Blue Pumpkin, sur le quai Sisowath, la croisette de la capitale. Nous avons pour projet de visiter aujourd'hui en centre-ville le Musée du Crime génocidaire, le Camp S-21.
Ce lieu représente dans les mémoires la prison la plus terrifiante des Khmers Rouges, au Cambodge. 20 000 personnes y furent enfermées, torturées, d'avril 1975 à janvier 1979. Les opposants au régime étaient ensuite envoyés dans le camp de concentration de Choeung Ek (Killing Fields) à 15 kilomètres de Phnom Penh.

Rapide mémo :

  • 1953 : Croisade royale de Sihanouk qui obtient l'indépendance nationale (auparavant sous protectorat français).
  • 1955 : Abdiction de Sihanouk qui laisse le trône à son père (il souhaite une légitimité venant du peuple).
  • 1960 : Sihanouk a le statut de Chef de l'état.
  • 1965 : Rupture complète entre le Cambodge et les Etats-Unis, qui arment le mouvement khmer Semei en tentant d'éliminer Sihanouk.
  • 1966 : Le général Lon Nol devient Premier Ministre (aidé des américains). Sihanouk forme un contre-gouvernement, de gauche, se composant des Khmères Rouges.
  • 1970 : Coup d'État, destitution de Sihanouk. Proclamation du nouveau gouvernement avec le Prince Sisowath et le général Lon Nol. Sihanouk crée le Front uni national du Kampuchéa et est soutenu par Mao à Pékin et s'allie aux Khmères Rouges.
  • 1975 : les Khmers Rouges possèdent la capitale et sont bien accueillis par les habitants devant la fin des hostilités. Éxode des villes impososée aux cambodgiens, afin qu'ils se mettent au travail dans les rizières pour atteindre l'autosuffisance alimentaire du Kampuchéa démocratique. Sihanouk est Président du Kampuchéa démocratique
  • 1976 : Démission de Sihanouk qui sera alors enfermé. Mao continue de le protéger, lui évitant la mort. Khieu Samphan devient Chef de l'Etat. Pol Pot est Premier Ministre.
  • 1978 : Destitution des Khmers Rouges par le Vietnam.

Nous entrons dans la cour, où se dresse un panneau citant les 10 règles à respecter à l'époque.

Cambodia S-21 #4 Panneau avec les instructions

Un peu plus loin, nous aperçevons la potence et les jarres avoisinantes, où étaient plongés les victimes.

Cambodia S-21 #3 Potence

À notre gauche, le premier bâtiment correspond aux chambres des aveux et témoignages. Un unique lit trône au milieu de la pièce, avec des chaînes et des barres d'attache. Les détenus étaient torturés pour obtenir des aveux forcés.

Cambodia S-21 #2 Bâtiment des aveux forcés

Dans le second batiment, nous observons de longs panneaux avec des photos de chaque détenu. Parfois des photos à l'arrivée puis à la mort du détenu, afin de prouver que le travail avait été correctement fait.

Dans le troisième batiment, qu'il est possible de visiter, se trouvent les celllules des détenus. Il s'agit de minuscules boxs, en bois ou en briques. Nous avons circulé dans ces couloirs, et nous sommes entrés dans ces cellules, mais un court instant, car nous nous sommes sentis fortement oppressés. Il y a eu un débordement d'émotions de notre part, nous avions vraiment le coeur serré, l'horreur de l'endroit se ressent jusque dans les os.

Cambodia S-21 #1 Bâtiment des cellules

Nous continuons donc la visite avec le quatrième et dernier batiment, qui nous présente encore de nouvelles photos, de nouveaux visages, les 7 survivants du camp (sur plus de 20 000).

Nous découvrons ensuite les peintures de Vann Nath, qui illustre avec un réalisme déconcertant les scènes de terreur au sein du camp.
En rejoignant la cour, nous remarquons la présence de Bou Meng, un survivant, souvent présent pour vendre son livre et rappeler à notre mémoire l'Histoire.

Nous quittons ce lieu, le coeur lourd.

Nous marchons quelques kilomètres dans la ville, l'esprit un peu ailleurs, puis atteignons l'ambassade du Vietnam. Nos visas sont prêts. Nous rencontrons d'autres français qui retournent au Vietnam. Ils sont en Asie depuis le mois de mai, et fait marquant : Monsieur a fait son service militaire à Thionville, le monde est vraiment petit !
Nous partons déguster un délicieux café à Brown Coffee pour décompresser de la journée.

Nous visitons aujourd'hui le Palais Royal et la Pagode d'Argent. Nous rejoignons pour cela le bord du lac, afin d'avoir tout d'abord une vue d'ensemble du site. Nous avons bien fait attention de porter des vêtements longs, couvrant les épaules et genoux, règles en vigueur pour être autorisés à entrer dans tous les bâtiments officiels et religieux.

Royal Palace in Phnom Penh #1 Le Palais Royal vu depuis la rue

Une fois à l'intérieur de l'enceinte, et ayant longé la longue allée, nous découvrons enfin la disposition des bâtiments. Le palais ressemble de près à celui de Bangkok. La salle du trône, au centre, attire notre attention, avec sa pointe de plusieurs mètres de hauteur surmontée d'un Brahma à 4 visages, la même représentation qu'à Angkor. À l'intérieur, tout n'est qu'or, et se déroulaient les cérémonies de couronnement.

Royal Palace in Phnom Penh #3 La salle du trône

À côté, nous découvrons le Palais Kemarin, qui fut la résidence de Sihanouk. Ensuite le Pavillon Napoléon III, qui contraste avec les bâtiments alentours, de part sa construction métallique. Il est en rénovation depuis un certain temps maintenant et ne se visite donc pas.

Royal Palace in Phnom Penh #5 Les pavillos à côté de la salle du trône

Le Pavillon Hor Samritvimean est à présent un petit musée qui se visite en temps normal (fermé lors de notre passage) présentant des costumes traditionnels.

Nous changeons ensuite d'enceinte, pour rejoindre la Pagode d'Argent. Une énorme fresque orne le mur sur toute sa longueur. Nous y retrouvons une maquette du site d'Angkor. Nous entrons ensuite dans la Pagode à proprement parlé, et découvrons son sol en argent. Il y a 5 329 carreaux en argent, pesant chacun 1,125 kg.
Au centre du lieu, se tient le Bouddha d'Emeraude. Nous nous retrouvons alors projetés deux mois en arrière à Bangkok. Nous ne pouvons manquer le Bouddha d'Or, de taille humaine et pesant 90 kg, au centre de la pièce. Il est incrusté de 2086 diamants. Le reste du lieu expose de nombreux objets de valeur dans des vitrines.

Royal Palace in Phnom Penh #6 La Pagode d'argent

Nous rejoignons le bord du lac, et nous promenons jusqu'au FCC (Foreign Correspondents Club), lieu de rendez-vous légendaire des journalistes et correspondants de guerre. Nous retrouvons sur les murs de nombreux clichés retraçant différentes périodes de l'histoire, et profitons de la vue sur le Tonle Sap.

Nous prenons le temps de nous lever tranquillement, rien ne presse aujourd'hui. Nous nous rendons pour le déjeuner au Pop café, toujours sur le quai Sisowath. Quel plaisir de déguster une Pizza-anniversaire ! Une petite balade postprandiale nous ménera jusqu'au Wat Phnom.

Au sommet d'une petite colline se trouve la plus ancienne pagode de la ville, elle est entourée d'espaces verts, fait plaisant car peu présents dans la capitale.

Nous continuons l'exploration de ce quartier, en y trouvant l'ambassade des Etats-Unis, bâtiment imposant, puis la Bibliothèque, vestige coloniale dont il ne reste que le bâtiment au centre d'une cour abandonnée, puis le Raffles Hotel Le Royal, l'hôtel le plus luxueux de la ville.

Nous avons très chaud sous ce soleil de plomb, et l'air humide, brûlant et pollué est difficilement respirable en ville. Nous retournons sur le quai, et allons trinquer au FCC.



Si notre récit vous a plu n'hésitez pas à le partager !

Et si l'envie vous prend, laissez nous un petit commentaire, cela nous fait toujours plaisir !

Virée à Kampot et Kep >
< Siem Reap et le site d'Angkor