La route de Cilaos

Il est 6 heures et 15 minutes lorsque le réveil sonne. Comme vous l'avez sans doute compris, nous avons pu dormir 1 heure de plus, ce n'est pas rien ! Bref, aujourd'hui nous allons visiter Cilaos. Situé en haut sur les montagnes de la Réunion, il faut emprunter la route des 400 virages pour y accéder. Le GPS nous indique 1 heures et 30 minutes environ pour y arriver d'où notre réveil matinal.

Si vous ne vous rendez pas trop compte de la difficulté de la route, je vous conseille de regarder de plus près la carte. Nous qui pensions que la route empruntée pour nous rendre au Trou de fer était délicate, nous voilà servis.

La première partie de la montée se passe en ville donc les routes sont parfaitement adaptées à la circulation. Mais une fois sortis de la ville, lorsque nous rentrons plus loin dans les terres, cela devient nettement plus amusant.

Pendant une bonne heure, la route est principalement constituée de têtes d'épingle très pentues. Des portions de route sont soudainement réduites à une seule voie (parfois même sous forme de tunnel) et l'ordre de passage s'établi à moitié au bon vouloir de chacun et à moitié grâce à la chance. Etant la principale route d'accès à Cilaos (bien que nous ne soyons pas sûrs qu'il en existe une autre), tous les véhicules y passent. Nous y croisons donc des voitures, des camions, des motos et des autocars et bien souvent la taille de la route n'est pas adaptée.

Cilaos

Nous finissons finalement par arriver en haut en un peu plus de temps qu'annoncé au départ (nous ne roulons pas souvent à 90 km/h dans les virage à 180°, mais ça le GPS ne le sait pas toujours). La ville semble encore endormie à notre arrivée. Elle est le coeur du cirque de Cilaos, dominée par les trois plus hauts sommets de l'île à savoir :

  • Le piton des Neiges
  • Le Gros-Morne
  • Le Grand-Bénare

Cela ressemble assez à l'idée que nous pouvons nous faire d'un village péruvien. Comme c'était déjà le cas sur la route, nous voyons beaucoup de bananiers dans les jardins de chaque maison. Des grenades sont parfois aussi présentes et ça nous change vraiment des jardins que nous pouvons voir en métropole.

Nous avions pour plan de faire une très courte randonnée vers la Roche merveilleuse mais après passage à l'office de tourisme nous apprenons que son accès est fermé pour cause de travaux. Nous souhaitons également visiter L'Îlet à Cordes. La route pour y accéder est d'après les guides à couper le souffle. Des bus font la liaison entre Cilaos et l'Îlet à Cordes. Le prochain part à 10 heures et 50 minutes ce qui nous laisse un peu de temps pour nous balader dans la ville.

La ville est réputée pour son vin et ses lentilles. Mais le vin étant assez cher nous préférons ne pas en prendre. Les thermes sont aussi réputés. Nous ne trouvons pas grand chose à faire et au détour d'une rue nous découvrons un grand espace d'eau dégageant une sorte de zen ambiant assez fascinant.

Point d'eau Point d'eau

Nous décidons d'y attendre le bus.

L'Îlet à Cordes

Il est maintenant 10 heures et 50 minutes et le bus arrive quasiment à l'heure prévue. Nous achetons nos deux tickets pour Terre fine (l'arrêt de bus à l'Îlet à Cordes) et nous nous asseyons. Finalement c'est plus un autocar qu'un bus !

Il part et une fois sorti de la ville emprunte une route similaire à celle que nous avons prise pour venir à Cilaos. Cependant conduire un autocar sur ces routes c'est autre chose qu'une voiture ! Pour rajouter un peu de challenge au chauffeur, la route est par endroit coupée par des travaux et il faut alors réussir à passer entre les machines de chantier. Par moment l'autocar n'arrive pas à prendre un tournant en tête d'épingle du premier coup. Il se retrouve donc nez à nez avec le précipice (la route étant bien entendue pentue) et doit manoeuvrer. Bref, il sait piloter !

Malgré notre admiration pour la conduite de ce chauffeur, nous prenons le temps d'admirer cette fameuse route. Ce n'est pas toujours facile car nous avons parfois un peu peur justement à cause de celle-ci.

Nous finissons au bout de 45 minutes (pour seulement 13 kilomètres) de route par arriver à notre destination et à la vue du village nous comprenons que les 1 heure et 30 minutes d'attente avant le prochain autocar vont être très longues. Nous demandons alors au chauffeur quand compte-t-il repartir pour rentrer avec lui et ainsi admirer la route depuis l'autre côté.

Par chance il ne repart que dans 5 minutes, ce qui nous laisse donc le temps de prendre quelques photos.

L'Îlet à Cordes L'Îlet à Cordes L'Îlet à Cordes

En remontant dans l'autocar nous discutons avec le chauffeur à propos de la route et que nous avons préféré laisser la voiture à Cilaos.

Ce n'est pas n'importe qui qui vient par ici

Cela dit, nous sommes maintenant sûrs d'avoir fait le bon choix en laissant la voiture !

Lorsque nous repartons, nous entendons au détour d'une conversation qu'en fait c'était le seul autocar prévu de la journée, nous avons eu de la chance.

Enfin de retour à Cilaos, nous repartons rapidement à la voiture afin de redescendre sur Saint Leu. Nous avons un apéro prévu avec une amie de longue date à Camille qui se trouve être aussi à la Réunion.

Coucher de soleil sur l'océan indien

L'heure approchant nous nous mettons en route. Après des retrouvailles réussies, nous sommes invités à découvrir un spot avec vue sur l'océan indien pour y boire un punch tout en regardant le coucher de soleil. Et il n'y a pas de mot pour décrire le paysage.

Coucher de soleil Coucher de soleil

En repartant une fois la nuit tombée, nous sommes conduits à l'adresse d'un restaurant qui nous est alors vivement conseillé (afin que nous sachions où il se situe pour la suite du séjour). Nous décidons d'y prendre un plat au poulet et riz à emporter (un fameux Cari).

La journée se termine et nous dégustons notre plat lorsque nous réalisons qu'il est rempli de piment et que Camille a croqué à pleines dents dans ce qu'elle pensait être du poivron. C'est déjà trop tard, nous avons la bouche en feu.



Si notre récit vous a plu n'hésitez pas à le partager !

Et si l'envie vous prend, laissez nous un petit commentaire, cela nous fait toujours plaisir !

Le parc à crocodiles >
< Le Trou de fer