Nous partons ce matin en minibus pour le Village des Elephants situé à environ 15 kilomètres de la ville. Nous découvrons le lieu avec notre guide M. Joy qui nous présente les quatorze pachidermes du centre.

Majoritairement des femelles, car elles sont plus dociles avec un comportement prévisible et sont donc préférées dans les centres de dressage avoisinants. Elles sont largement utilisées pour les travaux difficiles. Certains gérants peu scrupuleux les font travailler plus que de raison, en leur injectant des stéroïdes. Et quand ces dernières ne sont plus assez rentables ou trop vieilles c'est-à-dire une quarantaine d'années (alors que les éléphants maintenus en bonne santé peuvent vivre 80 ans voire plus), ils les relâchent dans la nature, et ces dernières, domestiquées, ne peuvent survivre seules, ou bien sont appréciées pour leur chair comestible. Cette association part les recupérer dans la nature pour les soigner, et leur apprendre progressivement à vivre dans la jungle en autonomie.

Survivor elephant Un des éléphants

Nous nous rapprochons de notre éléphant atitré et discutons avec le mahout. Chacun a une fiche journalière de santé à remplir. Nous côtoyons cette force tranquille en liberté, et sommes réellement impressionnés par cet animal fascinant. Nous nous sentons bien petits aussi, à côté des 3,5 tonnes de chaque éléphant. Ils passent 19 heures par jour à manger, soit 200 kg chacun (végétaux et fruits), et boivent 300 litres d'eau par jour.

Nous nous rendons sur une petite plateforme en bois à deux mètres de hauteur, pour atteindre plus facilement le dos de notre éléphant, et nous nous lançons : d'abord les deux mains sur le haut de la tête, puis une jambe et une autre de part et d'autre de son cou.

C'est poilu un éléphant et ça pique franchement beaucoup. Il n'y a pas de nacelles d'installées car celles-ci irritent leur dos, et les systèmes de fixation leur lacèrent le cou, le dos, et la croupe.

Nous cherchons donc notre équilibre, au rythme de leur pas. Nous les emmenons vers le cours d'eau afin de leur faire profiter d'un bain. Ils ont l'air d'apprécier et s'immergent volontiers tout en restant bien stables malgré le fort courant.

Elephant bath Les éléphants prennent leur bain

De retour au village, nous descendons les uns après les autres en rejoignant la plateforme, excepté l'éléphant de Robin, qui s'est agenouillé pour lui permettre de se faire glisser le long de son flanc et retrouver rapidement la terre ferme.

Nous avons été ensuite rencontrer les deux éléphanteaux, un mâle et une femelle, de quatre ans chacun. Ils sont joueurs, et nous prenons garde car ils maitrisent mal leur trompe et donnent parfois des coups involontaires.

Nous prenons ensuite un speed boat qui nous emmène à la cascade de Tad Sae. Le soleil est au rendez-vous et rend l'eau couleur turquoise. Nous nous baignons donc très volontiers dans cette enchainement de petites piscines naturelles en escalier.
La baignade terminée, nous retournons au village pour nous restaurer en dégustant des mets asiatiques.

Laos view Vue depuis le village

Nous retournons dans l'après-midi à Luang Prabang, avec des souvenirs plein la tête et la sensation d'avoir vécu un moment très privilégié.



Si notre récit vous a plu n'hésitez pas à le partager !

Et si l'envie vous prend, laissez nous un petit commentaire, cela nous fait toujours plaisir !

Pak Ou Caves >
< Luang Prabang et les chutes d'eau de Kuang Si